En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Le geste à l'oeuvre

Par VIRGINIE MICHEL, publié le jeudi 30 novembre 2017 09:13 - Mis à jour le jeudi 30 novembre 2017 09:22

La première exposition d’œuvres de l'Artothèque d'Angers de l'année 2017-2018 dans la galerie du collège pose la question du geste dans la pratique artistique. Absence ou présence, unique ou multiple, les gestes de ces artistes guideront notre regard. Parmi les œuvres présentées, deux duos ont été créés de toutes pièces pour alimenter cette réflexion.

 

Tout d'abord les photographies de Corinne MERCADIER et Frédéric GALLIER. La première réalise un agrandissement d'un polaroid et par cette action amplifie le grain naturel de la petite image instantanée. Ce grand format s'oppose à la photographie de Frédéric GALLIER par ses dimensions mais également par l'absence apparente d'image ou de motif. Pourtant un corps est bien présent mais la surexposition laisse percevoir timidement la silhouette du buste d'une femme. Si la première œuvre s’appréhende de loin, la seconde impose au spectateur de se rapprocher. Mais c'est également lors de ce rapprochement que la photographie de Françoise MERCIER révèle le plus son grain.

 

Le deuxième duo oppose un dessin à la mine de plomb de Gilgian GELZER à une eau forte de Françoise ROY. Saturation et geste répétitif pour le premier alors que l'acide rongera seul la plaque de cuivre dont le vernis a été préalablement gratté par Françoise ROY. L'usage d'une encre blanche rendra également l'image abstraite peu visible mais l’œil attentif verra très vite les surépaisseurs de l'encre sur le papier alors que la mine de plomb de Gilgian GELZER écrase et creuse la matière papier.

 

Françoise MERCIER réalise une série d'images au pastel. Elle reproduit le même motif, des pieds, sur chacun des petits formats. L'ensemble est présenté dans deux encadrements exposés l'un à côté de l'autre. Ici, il ne s'agit pas d'une confrontation mais davantage d'une suite. On s'interrogera sur la réalisation d'images en série, de manière presque «mécanique ». Un artiste peut-il produire des images à la chaîne ?

Pièces jointes
Aucune pièce jointe